Sourde mais pas muette.

La pluie s’est abattue sur moi dans la rue , je courrai sans trop vouloir , un peu comme guidé par la main de ma mère me traînant pour échapper au torrent du ciel , elle qui l’a toujours été , elle qui le sera à jamais , sourde mais pas muette.

J’aurai du comprendre il y a des années que dans son regard il y avait un appel à l’aide , mes mots ont rebondis sur elle jusqu’au début du reste de ma vie et j’ai peur de le dire mais chaque matin il ne me reste qu’un rien avant la fin de notre monde.

C’est une statue digne des plus grands muséums , elle a tant à dire mais n’écoute rien , se soumet au regard si il la sied comme une grande femme , mais la vérité est au delà des légendes , cette femme attend un miroir pour révéler qu’elle n’est qu’une pierre.

Mais cette mer qui m’engloutit n’est pas la pire , la haut dans mon cortex je devrai garder en arrière plan notre père , lui est bien muet , il se meurtrit sous des coups imaginaires portant mon nom , ça fait mal jour après jour , comme une leçon trop douloureuse à l’école de la vie.

Renié sans qu’on le dise , c’est le supplice du petit garçon sous la pluie , lui qui fut aimé avant que la vérité n’éclate , il y a toujours l’amour mais lui ne le voit plus sous le même angle.

Alors que sonne le tonnerre dans son appartement d’étudiant , dans leurs coin de campagne le soleil mime un sourire rayonnant au milieu d’une pluie pleine de violence , tout est prétexte à être sourd mais pas muet , défendre ce qu’on croit être la victoire de nous et la défaite de tous.

Le petit garçon en a marre , veut s’échapper des mensonges qui durent , des mains trop rugueuses de l’attention , il fuit rattrapé à jamais , sans qu’on lui demande pourquoi.

Les années ne se comptent plus quand le supplice dure plus de 10 ans , je me vois à devenir sourd et bien muet , fuir des ruines qui trouveront toujours le chemin pour m’ensevelir.

Dans le noir on a au moins le mérite de vivre le rêve éternel , prends garde aux cauchemars petit gars ils frappent à ta porte depuis bien deux semaines , ils ont l’âpre texture d’un passé poussiéreux dans l’air qu’on balaye en vain , c’est pour ça surement que je t’ai aéré en ce 7 juillet , besoin de respirer.

Peut être que toi et moi petit gars on sera toujours dans l’attente , notre aventure semble tragique et pourtant je te jure que c’est bel et bien une saga , une saga dont les premiers épisodes sont trop flous et les derniers trop clairs….l’avenir s’étend encore beaucoup trop pour nous ,  attendre le tome 20.

Si tu as une réponse petit gars ça serait le moment , je fuis et c’est nouveau car avant je ne faisais rien , et quoique tout cela semble bien désuet je me dis que le destin réserve un tour aux fuyards dans mon genre , j’espère t’avoir comme allié doux vent car je ne te veux pas comme ennemi , à moi tout seul j’arrive très bien à soulever la douleur.

04:47 Mon élixir m’appelle au lit , il aura l’agréable saveur d’une confusion amnésique et d’un shooter de Morphée , bonne nuit petit homme de la pluie , c’est quand nos yeux se ferment que le jeu veut bien se calmer , et que la chandelle n’en vaut plus la peine.-

-DHY

C’est comme si tu étais plus ou moins moi.

15:27 , je n’ai que 20 minutes pour exprimer ce que je ressens , mais c’est dur de reprendre quand on n’a pas commencé depuis longtemps , mes doigts tremblent de peur de te décevoir toi derrière ton écran inconnu , mais pourtant il le faut , car c’est de cela que parle cet article : la motivation.

Quand je la vois elle rayonne , elle ne semble jamais être en quelconque difficulté bien que je sais que c’est impossible , et pourtant c’est une machine , elle s’autoproduit vers le ciel et ne se lasse jamais d’être une reine de tout.

Bien sur je l’aime , je pourrai la faire tournoyer des heures dans un bar à chanter des chansons paillardes , je pourrai me régaler de ses yeux qui disent « vas y ! encore plus loin , encore plus fort !  » l’espace d’un instant , de ces courts moments dans l’année ou l’on se voit je me sens un peu comme un Robinson libéré d’un vendredi avec comme prime d’intérêt un week end tout entier.

Mais pourtant il y a toujours ce « mais » qui vient tout gâcher , je le sais , je le perçois , il gratte comme l’urticaire beaucoup trop souvent , MAIS la c’est différent , un dégulis chocolaté se forme dans mon ventre je sens bouillonner comme une rage sourde envers moi  , des images fugaces , c’est le temps qui passe  , qui me nargue , c’est moi pas toi , c’est moi.

J’avais fait ce pacte idiot de cesser les comparaisons , de me dire que tu es belle , intelligente , entreprenante mais qu’il fallait que je grandisse de même , qu’elle aussi se surprenait à rêver de mon audace , mes impulsions , mes envies et créations…

Mais.

Tu rêves plus que je ne l’imagine , tu voyages jour et nuit en scoot , en vélib , les roues sont ton dada tout comme tes pieds galopent tel un cheval , moi je patauge dans je ne sais quoi et je ne bouge pas , du moins tout au plus , c’est l’impression que j’ai…

C’est un peu la gangrène de tout le monde , ou au plus tout au moins l’impression que j’en ai , on se surprend à se comparer aux autres alors que la vie c’est singulier , quand on la transforme en pluriel c’est bien souvent avec déception que cela finit , même les plus belles histoires de coeur ont souvent une fin tragique mais je crois bien que je me laisse prouver le contraire dans une brume libertaire…

Alors je te vois , partir , au loin , tu me manques déjà et encore et pourtant je suis incapable de te prouver mes je t’aime amicaux , c’est con à dire pour un gars fut-fut hein ? c’est ça que tu dois te dire ? eh bien oui l’idée me manque , tout comme toi.

Quand je te vois je prie pour que ce ne soit pas la dernière , mais tu pars de plus en plus , tu volettes au loin , si loin que je pense ne plus jamais pouvoir t’atteindre et oui ça me désolé , tu as tout ce dont je rêve et à tes côtés tes amis ont tout ce qu’il y a de plus beau , mais bon , ça peut aussi bien être des conneries.

Une fleur dans un pot cassé , une voiture au capot défoncé , des roues crevés en or et des tickets d’avion taché de graisses pour un sourire qui se prénomme L , non , en effet , tu as la vie dont je rêve parfois , mais je la redoute aussi.

On va se voir , se parler , tu me diras ce que tu as fait , je te dirai ce que j’ai tenté , une mélasse d’expérience embaumera nos mots et peu à peu on deviendra peut être plus ou moins des étrangers , mais il faut croire que c’est le passé et la motivation d’un toujours plus , plus ou moins , qui nous donne cette belle chance , d’être des inconnus dans l’entraide.

-DIS

Aimer se perdre.

Aujourd’hui on vit dans ce monde rempli d’objectifs , de cette notion de destinée qui nous colle à la peau au moment même ou le médecin énumère notre sexe , notre taille , notre poids , bonjour petit être déjà défini comme quelque chose qui servira un beau jour je l’espère.

Tout comme la notion d’utilité et d’inutilité on est sur cette terre pour une raison après tout si un objet est conçu c’est bien pour servir à quelque chose tout ou tard non ? Donc logiquement c’est le même principe pour ces mioches qu’on expulsent régulièrement dans une mare de cri , de sang et de je ne sais quoi (j’ai vu des accouchements sur youtube pour faire ce putin d’article alors je refuse de m’attarder sur ce putin de sujet.)

Si on a cette notion d’objectif qui gravite autour de notre tête c’est tout simplement car l’inconnu nous fait peur , c’est bien plus facile de prévoir et de se rendre compte qu’on a échoué malgré le plan plutôt que de foncer tête baissé vers une direction aléatoire , on blâmera plus l’inconscient tandis qu’on dira du prévoyant qu’il n’a pas eu de chances.

Pourtant refuser de suivre un plan précis ou bien ne pas posséder un objectif d’avenir ne représente pas un échec total , du moins à court terme.

La preuve est que à 14 ans on me promettait un avenir terrifiant si je me trompais en choisissant le lycée au lieu d’un bac pro ou tout autre pour les années à venir , aujourd’hui je repense à ces années à suer à grosses gouttes devant une feuille de papier censé diriger mon avenir , chose qu’elle n’a au final jamais fait.

Le hasard tout comme le fait de ne pas suivre un plan est avant tout une ouverture à trouver ce plan , car on peut difficilement trouver sa voie en réfléchissant intensément , le hasard a cette tendance à être vu négativement par trop de personnes , mais merde à la fin laissez l’imprévu entrer dans votre vie et peut être que vous comprendrez que la magie de ces choses qu’on n’attendait pas surplombe largement les petits ou gros accidents.

Parfois je suis convaincu que les sans-abris ou du moins certains détiennent des clés que nous devrions tous posséder , peut être que mon image cliché et poétique du clochard avec un baluchon qui rêve la nuit en s’endormant face aux étoiles fera hurler de rire 90% de mes lecteurs certes.

Mais ce que je veux dire par la c’est que aujourd’hui on se refuse le hasard par peur de difficultés financières , peur des autres en général , peur de ne plus pouvoir revenir en arrière , peur de la mort même… La peur nous gave , elle fuit de tout les sens et s’infiltre qu’on le veuille ou non tant qu’on reste dans l’ignorance.

J’aime parfois me perdre dans la ville , la nuit marcher et chantonner des airs de gamins ou de jazz que j’ai attrapé dans la journée , redécouvrir un coin de rue ou découvrir un quartier qui est soi disant « à problèmes ».

Je me détache des « on m’a dit » , j’oublie les violences , les vols possibles , j’oublie que le monde peut être dangereux et je me prépare en me disant que si je me faisais voler , attaquer , harceler , découper , violer et peu importe ce qui suit dans cette longue liste je devrais tout simplement me relever , affronter , patienter , pleurer ? , écouter , avancer…

Et après avoir fini cette expédition je ressortirai avec ce petit baluchon de pensées et de moments incertain mais joyeux que j’ai eu en me plongeant dans le hasard , je rêve un beau jour de prendre un train menant à je ne sais ou, d’entrer dans une gare et de dire au mec à l’accueil « donnez moi un billet pour le prochain train qui va partir »  , de marcher des jours et des jours en suivant le panneau « autres directions » , d’entrer dans une voiture en lui disant que je vais ou elle va , ou même encore de dériver sur un bateau jusqu’à trouver un beau jour une île ou un semblant de terre.

Bien sur suivre la philosophie du hasard ne veut pas forcément dire être un pur inconscient , alors cessons de nous donner des excuses pour ne pas suivre les chemins qu’on n’a jamais envisagé visiter , on a tout le temps du monde qu’on le veuille ou non un jour ou l’autre , il faut savoir différencier fatigue et envie , se préparer pour une expédition n’est pas si compliqué que ça.

Le hasard est gratuit et ne nécessite pas de débourser 900 euro dans un billet d’avion pour Santiago , le hasard est partout , que ce soit à travers une fenêtre ou une porte ouverte menant on ne sait ou , un grand bâtiment silencieux ou une ruelle sombre dans une rue marchande.

Il y a donc ce hasard de l’instant , et si maintenant vous éteigniez votre ordi pour vous perdre dehors ? qu’il pleuve , qu’il vente , qu’il fasse beau ou merde qu’importe , rien n’est un obstacle à ce que vous allez découvrir en mettant les pieds dans des endroits inexplorés , que l’expérience soit mauvaise ou non elle reste une expérience.

Pour le hasard porté sur l’avenir , avoir un boulot ? une famille ? Disons que c’est encore une réponse que j’essaye de trouver , à quoi bon avoir un objectif si une fois qu’on l’a atteint on se rend compte qu’on s’est fermé beaucoup trop de portes pour l’atteindre ? Je n’ai pas non plus envie de tout faire pour atteindre un point que peut être je n’attendrai pas à la fin de ma vie….

Et pourtant je sais que tout est une question d’équilibre , alors oui j’essaierai de trouver un projet d’avenir ou une quelconque stabilité sur les routes de l’insoupçonné , car aujourd’hui encore l’argent a cette tendance à exercer une influence sur nous qu’on peut parfois balayer selon nos forces…

Mais bon , si je n’ai pas les réponses au grand trou noir porté en direction du futur c’est qu’il se trouve autre part que dans cette dimension non ? donc je pense que vous avez compris ou tout cela me mène et ou cela vous mènera à l’avenir 🙂

-DAT

FERME TA GUEULE.

OK.

N’essayez pas de comprendre le titre n’a aucun rapport avec l’article enfin je crois ???

Pour une fois je vais essayer de donner une réponse à l’autre moi , vous savez le mec qui chiale pour un rien et qui vient pleurer son malheur à chaque occasion sur ce site ? C’est aussi le gars qui vous a probablement saoulé avec tout ces pseudos-problèmes qui ne sont en fin de compte que des façades au vrai problème qui m’est encore inconnu.

Le vrai problème n’est probablement pas un problème , plus un complexe de diva ou de star , une Madonna qui se brise un ongle (ok peut être que Madonna a plus de respect qu’on ne le pense , insulter Madonna sur internet c’est limite une peine de mort mais merde à la fin ) ou encore un cadre photo magnifique avec en arrière plan une photo dégueulasse du genre un couple , un bébé moche ou un groupe d’adolescent bien cliché (du genre : OH OH OH JE SUIS UN GARS DU MARKETING FOUTEZ UN ASIAT ET UN NOIR SUR L’IMAGE MAIS PAS DEUX CAR SINON LES GENS SERONT OFFENSES , les gens s’énervent pour un rien j’en ai marre 😦 (LES HOMMES D’AFFAIRES DOIVENT AVOIR DES SENTIMENTS J’EN SUIS SÛR ! ) )

Dans le dernier article je disais ou alors IL disait qu’une vie anormale serait géniale et que c’est quelque chose que je n’aurai jamais car je ne suis pas exceptionnel et que donc rien de bien ne va arriver. Dans le fond j’ai toujours eu la réponse bordel , tout ces téléfilms M6 ont surement une morale à deux balles qui contient en fait la réponse , et je ne vais pas parler des rediffusions bizarre sur D17 , car ouais parfois entre les pornos des années 90 on retrouve des téléfilms d’une mièvrerie à la fois vrai et abominable.

Vomi.

B-R-E-F , voila ce que je suis venu te dire connard d’auteur antisocial et pseudo-dépressif , tu sais comme moi qu’on est pas juste normaux , ouais c’est vrai j’ai la force d’un bout de bois , le seul rôle que pourrait me refiler un agent de star si j’étais acteur c’est celui de secrétaire coincé qui en rentrant chez lui bouffe des plats congelés , j’abandonne tout ce que j’entreprends avant de fuir un peu comme Depardieu ou KFC (DSK ? ) mais sans les problèmes d’attouchements sexuels évidemment.

En gros OUI , on peut pas voler dans les airs même si souvent on est des pigeons parfait comme par exemple la foi ou on aurait pas dû acheter ces bretelles sur internet apparemment gigantesque à un gars qui fait l’équivalent de ma taille divisé par 2 (BORDEL JE FAIS PRESQUE 2M)

On peut pas se téléporter et tant pis car on devra toujours vivre avec cet alternance entre désespoir et bonheur à chaque fois qu’on trouvera un vol pour l’amérique ou pour santiago à moins de 1000 euros l’aller en se demandant comment on va faire pour rentrer.

En fait tu n’auras jamais de pouvoirs magique , un génie n’apparaîtra jamais pour résoudre tes vœux , le seul génie qui pourrait apparaitre sera surement un gars chelou dans une impasse sombre qui te vendra du rêve en te disant « L’HEROINE TE DONNE UNE VOIX D’ANGE KEUR ».

Tu n’auras jamais du jour au lendemain la voix de Houston ou celle de Leila Martial , tu chanteras toujours comme une merde sauf si tu te décides un jour à prendre des cours de chant mais toi et moi on sait que tu abandonneras au bout de 2h.

Ouais on devra peut être se taper un boulot de merde dans un fast food à faire semblant de sourire toute la journée en donnant des frites à des môme surexcité qui te traiteront comme si tu n’avais pas plus de valeur que la pochette surprise dans leurs menu enfant.

Ou encore mieux se faire rabaisser h24 par un patron , se faire humilier par l’équipe avec qui tu bosses , ou encore pire DEVENIR AMI AVEC EUX OMG ENNUI TOTAL BORDEL.

Je vais pas prétendre que ta vie ressemblera à un film de Kubrick ou encore Michael bay , il est peu probable qu’en allant chercher ton pain tout les matins tu te retrouves entre deux explosions magiques qui ne feront que te projeter en l’air tout comme il est peu probable que tu en réchappes dans la réalité.

Et je ne parle pas de ces situations ou tu crois t’en sortir dans un vrai combat alors que dès qu’on te pousse tu recules en arrière jusqu’à Moscou , ta vie ressemble à une rétrospective pour victime ou un clip contre l’harcèlement à l’école alors ne t’imagines pas avec une épée tabasser la gueule d’un racaille et sauver la vie d’un passant totalement au hasard , tu fuiras comme les autres en te disant que la prochaine fois tu feras mieux.

Tu crois futilement pouvoir te relever si un jour t’es suspendu dans le vide sur le toit d’un building de 24 étages  alors que t’as jamais réussi à faire une traction , ou tu crois pouvoir résonner quelqu’un qui est sur le point de se suicider alors que les seuls problèmes que tu as jamais su gérer sont des problèmes d’amours et que parfois tu as le tact d’une boule de démolition.

Ou tu crois pouvoir faire un saut dans le vide alors que tu n’arrives même pas à aller sur la fenêtre de ton colloc depuis le balcon sans paniquer , ou tu crois pouvoir t’enfuir d’un malade avec une hache alors qu’au bout de 2 minute de course tu craches tes poumons tout en vomissant ton repas d’hier soir composé de 8 types de sauce différente combiné dans un kebab.

Ou tu crois pouvoir devenir un célèbre auteur alors que t’es incapable d’aligner deux phrases sans faire de fautes et qu’en plus tu oublies de mettre des points , que tu crois avoir un avenir quelque part alors que tu ne cherches pas , que tu crois devenir riche du jour au lendemain alors que tu dépenses ton fric dans des conneries comme un micro merdique ou un djembé totalement inutile étant donné que tu as toujours été nul en musique.

Et ouais , tu crois encore réussir à écrire une chanson alors que t’oublies tout les accords basiques de la guitare , du piano et même du ukulele et que t’es incapable de les aligner , tu crois encore parcourir le monde alors que tu n’as jamais voyagé seul et que t’as pas de fric , tu crois encore devenir du jour au lendemain indépendant alors que tu ne comprends toujours pas comment marche un four , que tu ne sais pas cuisiner et que tu casses toutes les deux secondes la moitié de ta baraque en voulant bien faire , merde t’es inutile quoi !

Tu te prétends poète et rêveur mais tu n’as pas dépassé le stade ou tu fais les mêmes rimes qu’au collège , tu te prétends insouciant et courageux mais seulement en présence des autres car seul tu n’oserais même pas faire la moitié des choses que tu as entrepris.

Tu te prétends indépendant oui mais de qui ?  De ta famille sans pour autant prendre en compte que tu dépends de ta seconde famille d’ami au point qu’un couple d’ami te considère comme leur fils? Tu rêves toujours d’aller plus loin mais tu fais tout au dernier moment , tu penses être aimé des gens mais tu n’as jamais le courage de t’approcher d’eux , tu espères être connu mais tu passes ta vie enfermé dans ta chambre , tu t’imagines être un artiste d’un nouveau genre et tout ce que tu fais c’est prendre l’internet pour un confessionnal.

Tu crois être fou et original mais en fin de compte t’es juste con et tu recherches l’attention des autres , tu penses avoir un cœur en chocolat fondant mais tu es incapable d’avoir une discussion avec ton père sans que ça part en débat.

Tu penses être cool et vivre comme un vagabond mais tu finis toujours par te prendre la tête , tu es indécis et tu le resteras longtemps , tu continueras à te poser 40 000 questions même si tout va bien , tu continueras à manipuler les gens même si tu détestes cette partie de toi , tu n’arrêteras pas de broyer du noir et de contacter les gens pour leur partager ton blues même s’il n’y a aucun problème , attention attention , tu la recherches en permanence et franchement je pense qu’on est tout les deux d’accord mais c’est à la fois pathétique et désespérant…

Alors voilà.

Toute cette liste de mes points noirs que je pourrai compléter encore et toujours dans le fond ne montre t’elle pas que je ne suis pas normal ni exceptionnel ?

A quoi ça sert de chercher à être plus , c’est seulement quand je suis en présence des autres que j’ai envie d’être quelqu’un de génial pour qu’on me trouve à ma juste valeur , pour qu’on se dise « eh ce gars est sympa , ce gars a plein d’anecdotes tellement marrante !  »

A quoi ça sert cette quête de se faire aimer par tous , comme si je voulais être le héros principal du jeu vidéo de la vie , je recherche la happy ending mais j’oubliais que ce jeu n’est pas manichéen , les gentils peuvent me détester mais ça ne fait pas de moi un connard fini c’est juste la logique de la vie qui part dans tous les sens écoute mon gars.

Aujourd’hui encore je grandis , je fais presque 2m et j’attends toujours ce moment ou la prophétie de mon médecin à paris s’accomplira , lui qui à ma naissance a dit à mes parents « Votre fils fera facile 2m », il aurait aussi pû dire « Votre fils devrait sérieusement arrêter de croire que la vie ressemble à un film avec vin diesel , non putin de merde. »

J’ai peur de ne rien dire , j’ai peur d’être insignifiant , parfois encore aujourd’hui je regarde des films juste pour me cultiver (CULTURER MDR , désolé.) et en parler avec les autres parfois j’en tire même aucun plaisir , je continuerai à me forcer à la culture car c’est trop facile d’abandonner cet univers qui arrive toujours à me surprendre mais parfois j’ai juste envie de dire non et de comater puis rire avec des amis en partant à l’autre bout de la rue éclairé par des lampadaires jaunis et des promesses qui ne se réaliseront pas.

De toute cette négativité j’ai au moins essayé d’en tirer le meilleur , j’y suis arrivé cette fois WOOHOO ! ça me plait d’être un barjo et même si je sens que ce n’est pas moi parfois je me dis que certains acteurs jouent encore leurs rôles tellement ils ont appréciés être une autre personne (éspérons que Jared Leto n’a pas aimé jouer le joker putin.)

Et puis merde le masque tombera quand il devra tomber en face des personnes qui ont de l’importance , la vie a pas besoin d’être aussi calculé , parfois il faut juste se défouler pour repartir à zéro , et ouaip dans quelques mois ressortira peut être un autre article de blog bien chiant comme si je prenais cet interface web comme un bouton de remise à niveau. Mais eh ! je vous demande pas de lire à vrai dire , c’est limite étonnant que j’arrive à poster ce genre de truc sans mourir de honte franchement (Enfin c’est probable que si on m’en parle je finisse par supprimer l’intégralité du site par honte car concrètement je refuse d’essayer de gérer le tas de merde ambiante que j’ai écrit sans m’en rappeler là dedans.)

Alors voila ! Fini les caprices pour un temps , the game is on ! 

Aujourd’hui c’est un nouvel essai , un nouveau tour de montagne russes enfin utilisez toutes les métaphores que vous voulez mais j’ai juste pas envie d’utiliser « un nouveau départ » ça sonne vraiment comme un mauvais titre de téléfilm , en fait ça m’étonnerait même pas de tomber sur un téléfilm si je fais une recherche internet.

Ok un film avec scarlett johansson du type « comédie familiale hollywoodienne sortez les kleenex CEST SAD » et un téléfilm merdique , bordel mais comment Scarlett fait pour jouer dans autant de films sentimentaux à deux balles alors que les photos de sa page facebook ressemble à une édition 180 pages de playboy sans déconner…

Je pense pas que le petit Timmy serait content de découvrir que la mère célibataire au bord des larmes et divorcée dans la plupart de ses films soit en réalité une amatrice péripatéticienne mais bon eh QUI S’EN FOUT ?

On va pas parler non plus de la vie sentimentale de Adam sandlers , rien que d’y penser d’un point de vue fictif et narratif ça ma donne un mal de crâne tellement énorme que je ne sens toujours pas les effets des 8 paquets de doliprane que je viens d’ingérer.

Donc autant se quitter sur une bonne note ! D’un point de vue cinématographique ? franchement à part the neon diamond qui est sorti récemment je ne compte pas sur Suicide Squad ou encore sur le remake de S.O.S Fantômes…

Mais bon la vie n’est pas un film heureusement.

-DODOD

 

Lost help english fucktards

Salut internet , je crois que je me suis encore perdu, mais je crois que je finis toujours par tomber sur toi , on finit toujours par retrouver ses traces après tout.

Parfois je rêve que mes mots soient utilisés dans une énorme production cinématographique , ça a de la gueule quand on arrive à mettre un background musical et des plans à couper le souffle , enfin disons que sans c’est beaucoup moins impressionant.

Mais comme d’hab je m’égare , tu te demandes pourquoi je suis la tout comme moi je me demande ou est ce que j’en suis.

J’ai potentiellement pété la machîne (j’ai envie d’écrire machine comme ça.) à laver , enfin c’est pas vraiment ma faute mais je suis le seul suspect sur la scène de crime alors disons que je ne peux pas esquiver le problème.

Les courants d’air interdits de ce soir sont accompagné d’une musique d’anime cliché diffusé par l’ampli de mon colloc , et c’est en regardant mes onglets internet  diverses que je constate qu’entre le désespoir de ne pas trouver une solution à la machine à t’enculer , mon compte en banque et Mr.Robot , je ne me sens pas spécialement bien.

Sur la table basse un pot de pâte à tartiner que j’ai presque bouffé entièrement , je suis presque sur que mon corps devrait porter plainte rien que pour ça , et je ne parlerai pas du taboulé et des autres aliments que j’ai réussi à bouffer en une seule journée.

J’attends que la machine finisse de laver , au milieu d’une symphonie de cordes et d’un piano faiblard j’entend le vrombissement de la machine dans la cuisine , elle ne veut surement pas me laisser en paix alors elle beugle dans la cuisine son malheur , c’est compréhensible.

iL esT QUELLE heure ? oh 1:01 , c’est drôle de voir une heure aussi incongru , des 1 , des 0  , du binaire , Mr.Robot ? je ne pensais pas faire un lien , mais soit.

Evidemment je n’ai pas crée cette article pour raconter ma folle soirée d’emmerdes , je voulais partager quelque chose dont j’ai peur d’en dire plus , des pensées que j’ai gueulé dans mon appartement et pourtant voila que j’ai peur de les rendre publique.

Respire , ça va aller , calme.

Je me demandais encore aujourd’hui , comment être exceptionnel sans talent ?

J’enchâine les loisirs tout comme j’enchaîne les soucis , les rêves , les envies , ou allons nous ? toi et moi nous le savons mais je n’ai aucun projet , mes études ont l’amère représentation d’un océan vidé , d’un lac sec…et pourtant il faut bien continuer.

Alors nous nous noyons , c’est plutot ironique ? Qui se noierait sur terre , les poissons ? Je pense ne pas faire partie du royaume poissonique (chut ce mot existe ) , dommage.

D’où viennent ces rêves de grandeur , des rêves de super-héros voués à former un tas de verre brisé dans ma chambre bleu aquarelle avec pour motif des dauphins ? Ou est passé l’enfant qui rêvait sans devenir la ballerine de mes illusions déchaussées ?

Était ce plus simple avant ou est ce moi qui suis devenu plus compliqué ? C’est si stupide , de se rendre compte que rien n’a changé , que dans le fond on est toujours ce gosse qui voudrait avoir à portée de main le monde , quelques mois de psycho-aide n’ont pas aidé ce gamin à grandir apparemment.

Quand je suis seul je me dis : « Mais pourquoi je ne peux pas être plus ? Une vie exceptionnelle nécessite t’elle un grand talent ? Peut on devenir quelqu’un sans être rien ? Qui rêverait d’une vie normale si le prix de cette vie c’est de passer ses journées à rêver de toujours plus , mais a t’on vraiment le choix ?  »

Quand je ne suis pas seul ou avec toi je me dis  » Mais pourquoi je ne suis pas plus ? C’est simple je ne suis pas exceptionnel , je n’ai aucun talent. En fin de compte je ne suis pas grand chose et je rêverai toujours d’un quotidien anormal sans pour autant avoir les moyens de le créer , Dilemme de vie. »

Je me perds dans la nuit , je fuis ceux que j’aime , je veux voir une valeur dans chaque objet , et dans ma chambre à bricabrac je me retrouve au milieu de ces abandonnés.

Hier j’ai traîné un frigo dans ma chambre , il a laissé une rayure sur le sol  , tout comme les autres objets que j’ai ramené de la rue je découvre que les ramener a TOUJOURS une conséquence.

Je n’arrive plus à compter le nombre de famille que j’ai , je me perds entre les frères abandonnées , les soeurs délaissées , les cousins à qui je tends la main , les mères attristées , les pères torturés , les oncles et tantes oubliés , la tente non repliée.

Je commence à comprendre qu’au milieu de tout ça il y a moi , qui sait pendant combien de temps je continuerai à fuir la source de tout ça , si je prenais le monde comme une hallucination peut être que je m’en sortirai , mais pour le moment je ne peux pas me reposer sur des cendres car le feu ne s’éteindra pas.

Je t’aime petit colibri , tout comme j’ai aimé et j’aime encore le plus sauvage des lions , c’est dur d’oublier car on ne le fait jamais , on avance c’est tout.

Je ne suis pas exceptionnel , c’est un peu la réalité que je tente de briser depuis mon arrivée sur terre , je me demande encore si c’est possible pour un glandeur comme moi d’arriver à changer les choses mais j’essaie au moins.

Un jour je trouverai la réponse , après ma soirée digestion de chocolat hardcore , réparation de machine éclair , puis selon mon humeur j’arpenterai chaque partie de cet appartement et je poserai mon cul dans chaque recoin possible , libérant les pensées et leurs sens en tentant d’y voir plus clair.

Ce soir je rêverai d’un homme-cigare qui aurait perdu sa pipe , j’apprécierai l’ironie et je me réveillerai dans un état merdique , c’est la vie que j’ai , et elle n’est pas si mal.

-DAD

 

Un monde sang dessus sans deux sous.

Ça y est ! j’ai mon premier appartement , une collocation de rêve , un putin d’appart et j’approche en sautillant près d’une opportunité que je ne peux pas manquer , je n’ai pas le budget , pas de travail (malgré mes quelques mois passés à en chercher un) et ce qui semble être une mission suicide se reflète dans mes yeux comme un nuage en barbe à papa.

L’inquiétude de mes parents forment un concerto de paroles , le thème A : « Comment tu vas faire pour payer le loyer ?  » le thème B : « On va pas t’aider tu sais bien qu’on ne peux pas » et enfin un chorus aléatoires de remords , de soupçons.

Et j’écoute en boucle cet album , je passe mes nuits à vérifier mon compte en banque , je fais parfois des achats pour me faire plaisir , pour profiter de la vie….puis je me rends compte que cet achat résulte en un mélange pâteux et conflictuel de sentiments bons et mauvais…l’argent me transforme en ascenseur émotionnel que je le veuille ou non.

Ça fait longtemps que j’ai envie de faire un article pour étudier ma relation avec le fric , le flouze , le blé , à quel point l’existence de ces petits billets et de ces piécettes de 5 centimes qui traîne dans le fond de mon arrière poche change mon équilibre mental ?

J’ai voulu me confronter à ce problème lorsque je me suis rendu compte que  quelques semaines passés à Toulouse pouvait être une épreuve pour mon porte monnaie mais surtout pour moi , je me suis toujours considéré comme un gars plutôt radin mais qui savait trouver les bons coups pour ne pas se ruiner.

Sauf qu’aujourd’hui on est bien loin de l’argent de poche aléatoire de papa et de maman pour payer un chocolat chaud au café du coin quand j’étais au lycée , remplacer le chocolat par un loyer et l’avidité des gens et vous aurez le droit à une putin de blague de luxe.

La rue est rempli de gens qui ont surement plus besoin d’argent que moi , je passe mes journées à refuser poliment de donner de l’argent , inventant des excuses , en les ignorant furtivement en accélérant le pas , le rapia usain bolt.

Mettons un truc au clair , je n’essaye pas d’écrire cet article pour me décharger d’une culpabilité radine , je n’essaye pas de passer pour un ange qui a de bonnes raisons pour ne pas filer son fric à toutes les personnes qui en ont besoin dans les allées d’un Toulouse de zonards et de sans abri.

Je n’ai besoin de personnes pour me rendre compte à quel point je suis stupide à m’imaginer un futur pseudo apocalyptique ou je n’ai pas les deux euros que j’ai passé il y a quelques minutes à un SDF tendant la main dans ma direction , un truc débile du style rembourser un huissier ou acheter des capotes à 2h42 du mat’ ? L-E-L

Je ne sais plus quand je me suis attribué le droit de ne pas donner , c’était surement un jour ou on m’a dit que le simple fait de donner n’était pas forcément de la générosité mais juste une tentative de gonfler son ego ? c’est vrai que beaucoup y gagne à donner , histoire de se booster en se disant « ouais j’ai fait une bonne action » quand l’action de donner ne résulte en rien d’avantageux rare ou inexistants sont les gens qui veulent foncer aider les gens dans le besoin.

Mais dans le fond la question la plus importante c’est : WHY MONEY ? 

Dès mon plus jeune âge j’ai toujours voulu amasser de l’argent en me disant que ça me servirait plus tard , je me souviens être allé une fois dans les toilettes de mon grand père et vêtu de son lourd manteau j’avais fouillé les poches , le portefeuille en cuir avait atterri dans mes mains et j’avais admiré la bête avec une étrange fascination.

A cet époque le délire dans la cour de l’école primaire c’était la collection de stickers de joueurs de football à coller dans un carnet basse qualité , je me souviens des sortes de dealer frauduleux d’autocollants dans l’école , des petits gosses qui échangeait ou qui t’achetait pour toi la marchandise qui t’en filait pour quelques piécettes de deux euros , en y repensant ce marché clandestin paumé dans la cambrousse était plutôt marrant.

Je ne sais plus trop ce qui a suivi mon premier vol , une tension énorme tandis que je me baladais avec des pièces de deux euros faisant cling dans mes poches près de mon grand père qui sans le savoir était en ce moment même victime d’une trahison familiale , ma panique et ma hâte de cacher le fruit de mon crime dans mon sac et d’imaginer ce que je ferai avec mon pactole et puis enfin une joie beaucoup trop intense pour quelques autocollants fabriqués en masse par une entreprise de riches mégalomane ?

Bien sur tout ne s’est pas passé comme prévu , mon grand père a vite remarqué l’absence de monnaie en voulant acheter du pain.

Je me souviens de la colère de mon père dans ses yeux, des heures à pleurer , j’ai du courir sur la terrasse après l’appel téléphonique pour échapper à cette haine tandis que ma mère lui disait de se calmer , mais j’ai encore  l’impression que ça ressemble plus à un rêve qu’autre chose ….(bordel la claque que j’avais pris en pleine poire wooooooow enfin bref.)

Pas mal de temps s’est écoulé depuis les excuses que j’ai faite à mon grand père et le radotage familiale habituel par rapport à ma connerie , par la suite j’avais aidé un ami (ou du moins ce qui pourrait se rapprocher d’un ami très chiant à l’époque , l’époque des faux amis ! ) à voler une BD des Légendaires à la boutique d’Angoulême.

Il fallait juste bloquer le signal des panneaux d’antivol à l’entrée avec mon sac , j’arrive toujours pas à croire que voler une BD ait été aussi facile surtout à Angoulême  j’allais être complice d’un vol et à l’époque  la boutique souvenir du musée de la bande dessinée sonnait un peu comme LE PALAIS DU LOUVRE ET LA JOCONDE dans ma tête.

On peut clairement parler d’un jeu d’enfant , on était encore au collège et pourtant le ptit blond agissait en pickpocket de l’extrême dans les pompes à essences et les magasins de BD , je me demande ce qu’il devient aujourd’hui.

Depuis ces jours heureux je n’ai pas retenter de voler , une fois je me suis barré d’un café sans payer mais l’anecdote était si anodine que c’est une amie qui me l’a rappelée il y a quelques jours.

Je ne sais pas trop quoi retenir au final de mon rapport avec l’argent , bien plus tard je me rends compte que j’alterne des périodes contradictoires , parfois je fuis les moments de payer au point de n’être plus moi même , l’indulgence et la gentillesse s’efface pour un bien maigre prix et ma reconnaissance est bien trop grande lorsqu’un ami me paie un café ou une barre de céréale dans un distributeur du coin.

Et parfois j’oublie cette attitude et je me surprends à faire des achats aléatoires , bien souvent j’agis vraiment comme le consommateur modèle qui pour combler des périodes d’ennui décide d’acheter des choses qui ont 90% de chances de ne pas m’être utile , un micro à 22 euros suivi d’une poignée de livres que je ne lirai pas. Des achats que je regretterai bien sûr par la suite lorsque viendra le moment ou je devrais payer une énorme somme d’argent que je tenterai de combler en vain en mettant dès que possible de l’argent en banque…

J’assimile ces périodes à ces deux univers que je frôle au quotidien , des amis étudiants qui ont leurs compte en banque dans le rouge et qui pourtant s’obstine à vouloir aller boire un verre , prendre un petit encas , profiter de la vie…

Puis ma famille , mon père qui me donne discrètement des sommes d’un argent qu’il a accumulé toute une vie entière , ma sœur qui d’un sourire léger me dit « Fais attention à tes économies quand même  » et puis ma mère qui fouille mes relevés de compte en banque , se soucie de mon avenir , vit au quotidien la peur que je me retrouve à sec.

Je crois ne pas avoir trouvé de réponses au final , j’assimile ça à ces questions qui gravitent autour de nous et qui ont une importance capitale mais qu’on ne fait qu’effleurer avant qu’un jour elle nous éclate , certains prennent une grande respiration , font un pas en avant et les éclate , d’autres sont plus patient.

Réussir sa vie ou avoir une vie réussie ? Etudier pour bosser , bosser pour gagner ou bien gagner à étudier et bosser pour étudier ?  Dans la rue de l’avenir qui sait ce qui nous attend , probablement des factures que je ne pourrai jamais compter du bout de mes doigts c’est vrai , mais je suis sûr qu’il y a quelque chose de plus , plus je me rapproche de « l’entredeuxmonde  » et plus j’ai du mal à garder les pieds en l’air.

Et c’est à l’approche de cette réalité qu’à l’atterrissage je payerai mon premier loyer très prochainement , mon compte en banque entame sa chute vers le zéro imminent et le compte à rebours de la vie se lance tandis que je clopine en converse vers un point de non retour , pourtant ce n’est pas une chute non c’est quelque chose d’autre.

-DONEY HONEY

 

 

 

Je veux combattre mon blues.

JE T’AIME ALBUM

Boom boom

Boom boom

Boom boom

Boom boom.

« Je pense personnellement que tu exagères parfois tes réactions pour être remarqué , mais je pensais que tu en étais pleinement conscient »

« tu exagères parfois tes réactions pour être remarqué »

« pour être remarqué »

Boom boom 

Boom boom

Boom boom

Putin de blues en papier mâche , il n’y a personne dans cette chambre , je suis seul à me morfondre et je comprends l’impact de ces mots , j’avais tant besoin de parler à quelqu’un , j’avais tant besoin de hurler , de crier , d’exploser face à l’incompréhension qu’est ma vie , j’avais tant besoin qu’on m’écoute alors me voila , je me retrouve à utiliser ce blog comme purgatoire de mes sentiments car j’ai décidé de combattre le blues à travers des écris post-rockiens.

J’ai écouté Ella Fitzgerald en boucle , me demandant si youtube n’avait répertorié que ses chansons d’amour , de quoi me balancer en pleine gueule les  mal de cranes qui surviennent dès que je me surprends à me balancer vers ce coté là : L’AMOUR , mon ex est loin , ce gars est loin , cette fille est partie et elle ne reviendra pas , j’espère que cette situation est réglé ? Celui la je vois même pas dans quels circonstances j’ai pu imaginer quelque chose de sérieux , et s’en suit une liste misérable d’échecs ou de papillonnages incessants liés à cet amour que j’ai promis de laisser en arrière.

Mais il faut croire que c’est plus un boulet qu’autre chose depuis que j’y ai goûté , et parfois l’amour me rappelle sa présence en se coinçant à travers des feuillages d’inconnus , de mystères , de doutes , merci mec tu gères.

Boom boom

Boom boom

Boom boom

Boom boom

Combien de temps l’être humain peut-il passer à se morfondre , c’est dingue ces crises de blues qui ne finissent jamais en LA , je me taperai toujours un long et monotone DO , chaque moment de ma vie est une gamme de DO , chaque moment de ma vie est une blague de musicos.

C’est dingue toutes ces plaintes , ces chouinages et ces enfantillages incessants , qu’est ce que je fous encore la moi ? Ce site étais censé accueillir des articles sérieux au lieu de ça j’ai l’impression d’utiliser mon public comme psychothérapeute , ça sonne comme le début d’une blague carambar tellement c’est mauvais comme situation.

Mais alors quoi ? Vous voulez que je vous dise quoi ? j’ai cru être un maniaque , je suis qu’un con.

Boom boom

Boom boom

Boom boom

Boom boom

J’ai passé quelques minutes à regarder ton nom derrière un écran , un petit point vert pour dire que tu étais là mais sans entreprendre la démarche de te reparler , c’est con l’amour , ça part , ça revient et parfois même quand c’est parti , ça revient , ça part.

Je passe mon temps à m’énerver pour pardonner , à m’aveugler en fixant le soleil , en somme je ne devrai pas mais j’ai toujours envie d’y croire , c’est l’espoir qui nous a amenés jusque là , puis tout part dans un trou noir.

Je ne sais pas trop pourquoi j’ai encore voulu écrire sur ces personnes que j’ai connu et qui sont partis , certaines sont connus , d’autres restent soldat dans une guerre underground , dans une ruelle avec pour seule nom une canette de bierre gisant près d’un corps en lambeaux.

Mais c’est toujours la même histoire entre savoir et croire , pouvoir et vouloir , l’éternel combat que je compare au cri du corbeau : « Croare , croare , allons n’en faites pas tout un fromage !  »

Boom boom

Boom boom

Boom boom

Boom boom 

IMG_20160520_192303

J’aime à penser que l’ingénieur du temps a cassé mon horloge et que c’est pour ça que le temps ne prend plus la peine de me réparer , à quoi bon réparer un rêve d’enfant avec des mains en miettes ?

Minuit pourtant continue de sonner , tout comme 3h du mat’ , j’entasse les articles mélodramatiques en rigolant , car je sais que parfois même s’ils m’exaspèrent ils me font sourire , je suis un chieur nostalgique , un névrosé qui ne capitulera jamais mais j’arrive pourtant à me faire rire moi même et à me prendre pour ce héros bourré aux LSD qui trouve qu’un arbre est une sorte de métaphore alambiqué pour désigner DE l’AMOUR ou un truc dans le genre.

J’arriverai bien à jour à m’écarter du trou noir , j’ai besoin de prothèses protéinés pour faire un immense calin à ce trou béant et obscure qui se manifeste souvent à moi , mais pour le moment mes bras sont flagadas et je m’imagine plutôt flotter dans le vide en attendant que le temps agisse envers et contre tout , c’est la vie quoi , un spationaute perdu à coté d’un aspirateur géant.

AHAHAHA BLUES NIQUE 

-DIDO

Une semaine à Toulouse avant un toujours.

J’ai écrit cet article il y a quelques temps mais le problème était que dedans je révélais le cadeau d’anniversaire d’une amie alors j’ai préféré attendre avant de le poster 🙂

Sur ce je vous laisse suivre cet article hors du temps tout en vous disant que votre heure de semaine folle viendra très prochainement , peut être pendant la fin du monde meh.

Ah et aussi l’image n’a aucun putin de rapport.

Enjoy (phoenix lel).

Cher journal , tout d’abord bonsoir , j’avais peur de te revoir petit blog oublié.

Envers toi j’avais développé malgré moi un syndrome de l’eunuque qui doute , j’ai voulu te renier. Pourtant il n’y avait aucun point noir sur ta peau blanche immaculée de déesse alcoolique (DS) , je te compare à un être , oui , parfaitement , tu as besoin d’un gommage d’ailleurs , MERDE , bref tout ça pour te dire que le seul hic venait de moi…

Samedi 28 mai – Dimanche 29 mai.

LIFE POSITIVE.PNG

Tout commence par la nuit.

En fait toute cette aventure avait bien commencé , je m’en souviens plutôt bien je parlais avec une fille paresseuse énergique au beau milieu de la nuit  , le genre de personnalités qui s’entendent plutôt bien entre elles. J’avais décidé de montrer une partie de moi à peps (her name) , quoi de plus réjouissant que de recevoir un avis positif ? Après tout un artiste doit soumettre son travail au monde même si une oeuvre reste bien souvent personnel non ? Mais après tout suis je vraiment un artiste ? ça c’est une autre question domino que je vais devoir mettre de coté dans la pile aux questions.

Suite à ça ma tête était vidée et pourtant remplie , un état second dans lequel je me plonge parfois , rempli d’interrogations mais l’impression de flotter continuellement vers un ailleurs incertain , j’avais développé un des nombreux syndromes qu’un eunuque douteur pouvait développer , le syndrome du coward jenkins.

Le syndrome du coward jenkins consiste en gros à la peur de créer du contenu face à des avis positifs , c’est un syndrome assez stupide quand on y pense , c’est la peur de ne pas faire mieux , un truc bateau qu’on peut affronter au quotidien. Sans pour autant que les gens attendent plus je me suis mis dans un état de panique par rapport à mon blog , ma corbeille à article s’est considérablement remplie.

Samedi 28 mai – Dimanche 29 mai  :

Avant de me prendre en pleine poire un flot continuel de questions , j’ai du faire face à un problème particulier , j’ai couché mon père alcoolisé par des idées noires et un whisky corsé tandis qu’un des orages les violents de toute ma vie s’était manifesté.

Le ciel était parcouru de faisceaux lumineux et de déchirures « nouvelle vague » , j’ai passé ma nuit à admirer ma maison s’éclairer aléatoirement et à errer dans les pièces en imaginant qu’un géant depuis le ciel me prenait en photo , j’ai pris la pose , idiot non ?   j’étais seul avec à la charge un vieux à la dérive , un peu paniqué  mais j’avais envie de rire.

Dimanche 29 mai : 

A partir de ce jour a commencé mon expédition toulousaine , je me lève avec insouciance prêt à affronter cette semaine , armé de ma guitare , d’un sac à dos bien fourni je décide d’abandonner mon ordinateur , désolé petit , je pense que vivre avec ton processeur éloigné à plus de deux mètres de moi me fera du bien , de plus j’avais développé une addiction assez corsé pour cookie clicker , reste dans ton antre informatique cookinator.

Je regarde avec soupir un sac rempli de vaisselles et de cadeaux en tout genres , ce sac va être lourd ET chiant à porter , un combo nécessaire pour délivrer à bien ma mission de bon pote , je hais ce mois de mai , pourquoi êtes vous tous née en mai ? POURQUOI ?

J’avais prévu d’aller rendre visite à ma colloc de site , mon père était encore à la dérive mais le vaisseau de type voiture est arrivé à bon port sans couler dans un fossé ou contre un platane heureusement , j’aurais détesté revivre ce que j’ai ressenti en regardant titanic , E-N-N-U-I  (Bon ok en vrai j’ai pas regardé titanic , par contre je me suis étrangement ennuyé au point de hurler sur l’écran de dégoût lorsque j’ai vu le vent se lève , désolé à tout les fans que j’agresse , je vous rassure , je me hais aussi.)

Avant de me rendre à la gare je suis allé voir un bon ami qui habitait dans la ville , nous devions discuter , au fur et à mesure l’échéance de nos projets devenait de plus en plus courte et nous avions décidé de nous mettre au travail , je ne sais pas vraiment pourquoi mais entre temps j’avais réussi à transmettre mon addiction à rudy (ami en question plop) , la séance de travail s’était mélangé à la joie néophyte de mon ami content de voir sa production de cookies grimper à vive allure…

Le projet s’est terminé après quelques bugs techniques tel que : PORTABLE QUI HURLE A MORT

Etant chargé comme un bœuf qui pèze j’ai couru comme je le pouvais en direction de la gare , en chemin j’ai vu un carton avec à l’intérieur un bateau pirate , j’ai repensé à l’orage , à mon père en pirate mélancolique , j’ai embarqué le bateau dans mon sac augmentant considérablement mon poids pour rien.

IMG_20160529_195704

La gare était vide , j’attendais et finalement d’une voiture cabossée elle est apparue de nul part , le temps s’est écoulé plus rapidement tandis que les discussions se sont enchaînées…

Arrivé à son appartement j’ai perdu le fil du temps j’étais assommé mais pourtant énergique , on a chanté , on a hurlé , guitare à la main , on s’est pris pour des producteurs amateur puis on a regardé un film sur une fille complètement défoncé qui se trimbale en Amérique avec le manifeste du parti communiste , c’était un bon film EH.

Avant de dormir on a parlé , dos à dos dans le noir les sujets se sont enchaînés tandis que l’aube se rapprochait , frappait déjà à la porte à coups de piaillements d’oiseaux matinaux.

Lundi 30 mai 

Ce soir là j’avais une soirée , j’avais prévu de quitter l’appartement de ma colloc de site , je me suis réveillé brutalement alerté par un tas d’ennui d’administration , flottant dans une galère continuelle j’ai vite effacé le problème et j’en ai tiré une bonne nouvelle : « Oui votre dossier est accepté , on signe les papiers et l’appartement est à vous ». Ce soir je voyais mes trois futures coloc et j’avais hâte de leur annoncer la bonne nouvelle , j’ai passé la journée à éviter la question et à les croiser , le résultat final avait de la gueule.

J’ai passé ma journée à errer dans Toulouse après avoir quitté mon amie , j’ai exploré le quartier de mon future appartement avec un air nostalgique , arpentant églises et lieux inexplorés , puis une de mes colocataires m’a proposé de la rejoindre à François verdier au Petit London , j’étais complètement perdu mais l’offre me semblait cool , après avoir retrouvé mon chemin je les ai rejoint et nous avons joué aux cartes avec deux amis à elle et j’ai senti des émotions complexes mais à la fois si intense à l’idée d’avoir devant moi un visage que je reverrai fréquemment à l’avenir dans ce que j’appelle aujourd’hui notre maison.

La soirée d’après s’est finalement perdue dans un amas de fumée et d’alcool mais j’ai su rester assez conscient pour admirer depuis le balcon la vue que j’allais bientôt avoir tout les jours , Mon ami a apprécié mes cadeaux , des liens se sont formés , un voisin a hurlé , cris dans la nuit au delà de minuit.

Avant de me coucher j’ai laissé un message bourré à ma colloc de site comme le voulait la tradition que nous avions instauré depuis un certain temps , nous avons dormi entassé et au chaud dans un coin du salon et j’ai rêvé d’une autre soirée comme si la fête ne finissait jamais.

IMG_20160602_160621

Mardi 31 mai

Je me suis réveillé confus mais très en forme , peu à peu les gens sont partis et c’est avec une certaine nostalgie que j’ai vu des gens que je n’avais pas vu depuis longtemps s’en aller vers de nouveaux horizons , Aurevoir Fille en L et Clara Remember , à bientôt surtout…

A partir d’un certain moment de la journée la nécessité de faire des courses s’est fait urgente , voulant prendre l’air je me suis porté volontaire , j’ai fait diverses magasins voyant peu à peu mon argent partir ailleurs , je suis rentré avec un petit pincement capitaliste au cœur sans savoir que mon rapport avec l’argent aurait changé à la fin de la semaine , je me suis ensuite affalé sur le canapé en me remémorant malgré moi toutes les choses que j’avais potentiellement foiré pendant ces courses surprises.

Nous sommes partis en bande nous excuser auprès du voisin qui d’un air sympathique s’est excusé de même , il est cool ce voisin. Nous avons passé une journée relativement calme à lire , à rêvasser , elle est partie en disant revenir et on l’a revu quelques jours plus tard , il a du partir lui aussi je suppose ? Je ne sais plus , à partir de ce stade j’ai lu comme jamais , je me suis perdu dans un univers de livres , enchaînant les livres comme je le pouvais j’étais tout simplement perdu.

Eric Emmanuel Schmidt m’a fait rêver , Bernard Werber m’a fait partir dans un autre univers , Patrick Modiano a apporté du suspense dans ma vie.

Je me rappelle que l’addiction cookie clicker n’a fait qu’augmenter , elle s’est répandu à deux personnes de plus au cours des jours qui allait suivre , ça m’étonnait de voir que ma connerie avait pu atteindre autant de personnes mais soit.

IMG_20160601_194537

Mercredi 1er juin

Le mois de juin venait d’apparaître enfin mais ça n’allait rien changer à ma vie , je me rappelle avoir erré avec eux , nous avons découvert un hôpital spécialisé et tandis que nous marchions dans ce Toulouse que certains apprenait à connaitre tandis que d’autre ne faisait que le revisiter , j’ai senti une certaine nostalgie et une confusion permanente , toujours perdu dans l’univers des livres je revenais peu à peu à la réalité à travers la marche.

Nous avons rendu une visite surprise à elle , elle préparait ses affaires et nous l’avons aidé à les transporter jusqu’à l’appartement , ce n’était pas prévu mais le quatuor coloc venait de se reformer pour la nuit , je me suis replongé dans l’univers littéraire , ma soif était insatiable , presque maladive.

Les moments ou je revenais à la réalité était drôle , comme un éclat de rire d’un gosse qui éclate une bulle de savon , la journée avait été relativement calme mais un air de vacance flottait dans l’air , je sentais que tout le monde voulait relâcher la pression de cette année et des derniers jours même si pour certain la pression était toujours présente.

IMG_20160602_160530

Jeudi 2 juin

Le lendemain j’ai erré dans Toulouse de bon matin avec Modiano , à travers mes lunettes de soleil j’ai surpris le regard des passants étonné de voir un gosse marcher aléatoirement tout en lisant ,  je voulais aller à la manifestation qui se trouvait palais de justice mais étant en retard j’ai pris mon temps et je suis arrivé une heure plus tard sur les lieux , j’ai continué d’errer demandant à mes amis ou en était la manifestation ce qui a finalement crée un rassemblement à l’appartement pour trois d’entre nous.

Puis J-manji a du partir , jules s’en est allée ailleurs , elle a du me faire la bise mais j’étais ailleurs depuis plusieurs jours et j’espérais que finir modiano me donnerait l’occasion de finir la boucle mais finalement Just kids de Patti Smith m’a encore plus happé vers un autre univers et j’ai eu du mal à m’en décrocher…

Soirée impossible ? Il y a t’il eu au moins une soirée ? je ne sais plus vraiment , ma mémoire est un gruyère en feu qui aurait choppé une insolation en tout cas , je pense avoir passé la soirée avec lui tandis que nous nous préparions lendemain pour une expédition.

IMG_20160603_161706

Vendredi 3 juin

Nous avons passé la journée à tenter de fuir Toulouse , tout d’abord nous sommes partis dans une des bourgades entourant Toulouse à la recherche d’une machine à écrire , le but était d’aller chercher la précieuse mallette et de revenir sain et sauf dans le but de l’offrir quelques jours plus tard à une amie.

Vider mon compte en banque de 40 précieux euros a finalement fini par détruire mon pincement au cœur , j’avais compris que l’argent continuerait de partir et que j’avais le droit d’y accrocher une valeur sans pour autant être excessif au point de sentir un regret pour de l’argent que je reverrai forcément , j’ai pensé à Patti Smith , errant avec le peu d’argent qu’elle a dans les rues de ce New York révolu , vivant malgré tout et je suis passé à autre chose.

Nous sommes partis dans un centre commercial , après m’être fait viré du carrefour pour aucune raison apparente , racisme ? discrimination ? non , les mallettes ont la vie dure c’est tout , le vigile n’a même pas pris la peine d’ouvrir la mallette avant d’ouvrir sa boite à parole , nous n’avons même pas pris la peine d’attendre lorsqu’il s’est rué sur dame qui essayait d’entrer avec un sac en plastique non scellé , lourd.

Nous sommes finalement parti au Flunch , on s’est perdu l’espace de quelques secondes avant qu’un responsable nous redirige vers le chemin de la caisse , j’ai rétorqué que je n’avais pas faim laissant mon ami savourer son cordon bleu en paix puis lorsqu’il a fini je n’ai pas pu résister à l’envie de me servir une assiette entière de diverses trucs au stand à volonté , nous étions en pleine après midi et je doute qu’un cuisinier allait me gueuler dessus à cette heure.

En cours de journée , le colis avait été réceptionné , nous avons trouvé un livre de cuisine russe près d’une poubelle à un arrêt de bus , Mon ami passionné par l’engin l’a testé tandis que nous attentions de pouvoir repartir sur Toulouse dans l’espoir de rentrer quelque part.

Le bus est arrivé , Toulouse était encore sous l’influence de la lutte des cheminots ( NOUS ETIONS PRIS EN OTAGE OH MON DIEU , non ok je blague , continuez les gars ! )  , mon ami n’a pas pu rentré chez lui finalement et il est donc resté à Toulouse , j’ai fait de même avec mon amie colloc de site , nous avons passé la soirée à écouter de la musique et à étudier un livre qui proposait des solutions en cas d’effondrement de la société , j’ai appris qu’en cas d’affrontement avec une pieuvre je devrai lui mordre le centre nerveux ou autrement dit : L’OEIL

Putin de nature.

IMG_20160604_142515

Samedi 4 juin

Je savais que ça serait le dernier jour , je n’ai pas voulu finir cette semaine en rentrant trop tôt , au capitole se déroulait la marche de la fierté , j’y suis allé rempli d’interrogations et j’ai bouclé cette semaine dans une joie débordante de festival.

Dans le ciel des ballons se sont envolés , la journée m’avait apporté un tas de questions , assez pour en faire un article entier à vrai dire , ma mère était paniquée , j’ai préféré achever sa souffrance en décidant de rentrer , j’ai foncé vers la gare , pris le train , arrivé à la gare j’ai retrouvé un quotidien qu ne m’avait pas manqué et j’ai repensé à cette semaine à Toulouse si exceptionnelle qui bientôt ne serait rien de plus qu’une semaine quotidienne.

J’ai passé 8 ans à répondre à tout les gens à qui je parle en correspondance , je me suis affalé sur mon lit , j’ai flotté un bon moment puis j’ai décidé que le syndrome du doute eunuque  était terminé et que peu importe l’avis que j’en retire , j’aime écrire.

J’ai posé Patti Smiths sur ma commode , espérant pouvoir goûter à la puissance de ces mots plus tard dans la nuit et c’est à partir de ce moment la que j’ai commencé à écrire.

-DOD

Samedi 4 juin 2016.

Afin de boucler ma semaine à  Toulouse , j’avais prévu d’aller à la marche de la fierté , un nom que je trouvais carrément plus sobre et classe que gaypride qui sonnait dans ma bouche comme si la prononciation de ce mot me faisait gerber des paillettes.

J’étais réticent à l’idée d’y aller , la nuit avant j’avais fais un rêve assez énigmatique , un gay complètement taré me léchait le visage et m’harcelait dans un métro de nuit avant de partir à une des stations de ce métro qui n’avait pas de fin et qui accueillait des personnages assez étrange tel qu’un lion géant et une marinière qui parle.

Bien sur je ne m’étais pas préparé à ce qu’une armée de fofolles me saute dessus en me molestant avec un gode rose fluo mais j’avais quand même des réticences car j’avais peur de ne pas me sentir à ma place…

La question de mon « homosexualité »  a surgi vers les années collèges , avec l’internet j’ai réussi à me former peu à peu entre mauvais acte et interrogations constantes , j’avais un ami bisexuel qui avait la conviction que j’étais gay , se présentant comme un sage des homos il me rabâchait quotidiennement que je devais m’assumer et tenter de comprendre mon cas ce qui bien souvent frôlait le ridicule:

« T’es gay ?  t’es bisexuel ? bah voila problème réglé ! »

Mais entre ces deux catégories je ne me sentais pas vraiment à ma place , j’avais juste l’impression de flotter entre deux penchants alors que j’étais très bien au milieu , l’interrogation incessante de qui j’étais prenait une grande partie de mon temps et me donnait parfois un sentiment de mal être lié au fait que je n’arrivais pas très bien à me caser dans une de ces deux étiquettes.

Puis est arrivé le lycée , je me sentais déjà beaucoup plus libre sans l’influence de docteur mhomo même si je regrettais de le voir partir dans un autre lycée , j’ai trouvé très rapidement sur l’internet un autre confident qui allait devenir un de mes meilleurs amis pour les quelques années à venir avant que se produise un accident qui aujourd’hui nous a séparé à jamais.

Il avait une philosophie qui frôlait le « je m’enfoutisme » de la vie , je n’arrivais pas vraiment à le caser en fin de compte mais je m’étais peu à peu forger une opinion , peut être qu’elle était identique à la sienne mais en tout cas j’avais décidé de ne plus me prendre la tête , entre gay et bi j’avais décidé d’être surtout moi même.

Au tout début je n’avais vraiment pas envie de faire de révélations public ,déjà car je trouvais ça idiot de vouloir faire ce fameux coming-out , c’est vrai qu’il faut une certaine fierté à l’idée de montrer qui on est vraiment mais parfois j’avais l’impression que certaines personnes se montrait au point de créer non pas un rapprochement et une prise de conscience des différences mais plutôt une séparation cassante « regardez moi je suis gay j’en suis fier je vais le répéter 40 000 fois et emmerder tout les gens qui ne sont pas d’accord » dans le fond je suis d’accord , mais l’agacement que pouvait me provoquer ces personnes frôlait le niveau de  la blague du « c’est parce ce que je suis noir HEIN ?? »

J’étais aussi encore gêné par l’opinion que je pourrai tirer de mon choix , après tout comment comprendre quelqu’un qui ne veut pas se catégoriser ? Je me sentais un peu trop extravagant mais aussi j’avais peur qu’on me dise que je n’étais qu’en fin de compte qu’un bi qui en faisait trop et qui ne voulait pas s’assumer , il y avait le thème des préférences qui ressortait , si je préférais tel ou tel catégorie je devais forcement être gay refoulé ou hétéro curieux , je me suis perdu trop longtemps dans ces sous catégories avant de comprendre que merde j’étais moi et rien d’autre et que peu importe mes expériences passés et futures ce qui comptait étant mon envie présente.

L’image de bisexuel même si elle se rapprochait de la mienne me semblait trop éloigné , ces catégories était pour moi bourrées de cliché et je me demandais juste pourquoi je ne pouvais pas avoir la catégorie MOI JE qui me faisait juste aimer qui se trouve sur mon chemin de vie , « bon en gros je suis bi voila  »  j’utilisais cette phrase pour faire un résumé grossier quand je n’arrivais pas à expliquer aux autres ma manière de voir les autres mais toujours avec une immense déception car j’avais aussi le sentiment de me mentir à moi même…

Puis est venu la séparation , il y a une période de ma vie assez tourmenté , je ne savais pas comment réagir j’avais trahi la confiance de mon confident et meilleur ami de l’époque et ma meilleure amie ne pouvait plus me voir , Désespéré je suis allé chercher de l’aide et c’est ainsi que j’ai peu à peu commencé à me dévoiler à mes proches mais en toute discrétion , je n’avais pas envie de me donner en spectacle ridicule , je suis donc allé les voir un par un , leur expliquant mon histoire mais aussi ma manière de voir les choses , ils ont heureusement tous été compréhensif et ont compris ma volonté de ne pas me mettre dans une case ce qui m’a aidé à être plus confiant par rapport à ma situation.

Au milieu de la foule arborant les couleurs arc-en-ciel je me surprends à rêvasser , à faire de grands pas ,  j’ai l’impression qu’il y a un commando de distribution de capotes qui rôde un peu partout et j’apprends par le biais d’un ami que l’événement en général est organisé par des boites de nuits à Toulouse , glamour.

Je suis avant tout la pour la marche mais finalement la musique éclate , je parcours le défilé et je me perds au milieu de tout ces gens que j’analyse , je hurle , je tente de me mêler à la musique ambiance boite de nuit mais très vite saoulé j’avance en direction des tambours me sentant plus à ma place avec le rythme de la batucada.

Puis en tête de défilé j’aperçois un drapeau aux couleurs arc-en-ciel de plusieurs mètres de long tenu par une vingtaine de personnes , j’ai toujours trouvé ce symbole trop voyant , trop flashy  mais pourtant alors que j’arbore un mini drapeau j’attrape un des bords du drapeau et je me perds pour les prochaines heures à venir , life need to be alive sir no ?

Je regarde un à un les passants puis les participants avec le sourire et ils me sourient en retour , depuis leurs immeubles les gens ont tous des réactions différentes , certains observent , d’autres dansent , d’autres hurlent ,  railleries et pétards s’invitent à la fête mais les sourires ne s’éteignent pas pour autant , pour décrire cette situation à mes correspondants le jour même j’écrirai : « Smile against violence , nobody care , pretty cool no ? « 

Je garde l’impression de ne pas être totalement à ma place à la fin du défilé , mais ça ne veut pas dire pour autant que je n’apprécie pas la compagnie du monde qui m’entoure , au contraire je sais voir en chacun d’eux une lueur que j’ai encore aujourd’hui du mal à oublier , le visage de la fille sur la photo ne m’a pas quitté encore aujourd’hui tout comme les visages des gens que j’ai pu entrevoir ce jour la.

Je traîne mes pas tel un vagabond dans les quelques stands disposés sur la place du Capitole , distribution gratuite de têtu, un magazine soi disant fait pour les gays et les lesbiennes , sur toutes les premières de couverture il y a un un mec torse nu qui brille autant qu’un panneau photovoltaïque , j’embarque un magazine au hasard juste pour l’analyser plus tard et je le fourre dans mon sac en vitesse avec la sensation d’embarquer un magazine porno.

Les préservatifs recouvrent les stands , j’ai envie d’en voler deux ou trois pour faire des ballons mais des regards perplexes me poussent à arrêter mes conneries , je décide de partir avant de faire un dernier aurevoir à quelques amis et personnes sympathiques , il me gratifie d’un merci que je ne juge pas nécessaire puis je cours à la gare pour tenter d’attraper un train que j’aurai du prendre il y a plusieurs jours.

Chez moi je feuillette le magazine , le magazine sait se montrer assez étonnant et intéressant en abordant des thèmes comme des référendums européens sur les droits des gays avec un copier coller des textes de lois ou bien des interview de militants gays dans des pays ou la question est sensible mais l’ambiance général brise le sérieux du magazine et je pouffe de rire devant la superposition de pub diverses , vodka , préservatif ou puissant fortifiant sexuel , boites de nuits. J’enrage devant une énième photo d’apollon torse nu et une pub de caleçon , je me rassure en me disant que ca date de 2005 puis je vais voir le site internet et je me retrouve au même conflit , un mélange entre photo sensuelle et actualité intéressante , une bouillabaisse faite de conseils beauté et sportifs avec en même temps des interviews porteuse de sens , bref c’est de la merde (l’argument ultime ouiiiii).

Je prévois de brûler dans les jours à venir le magazine juste pour me convaincre que l’homosexualité ce n’est pas juste un beau mec torse nu et un sida , l’existence même de ce magazine est controversée , c’est cool d’avoir un magazine pour une partie de la société qui encore aujourd’hui à encore du mal à affronter les formes de discrimination multiples qu’elle subit mais c’est moins cool quand le magazine en question véhicule autant de clichés que le font les partisans de la manif pour tous.

Je vais sur Youtube , met une musique au hasard « Mono- You Are There » après une petite balade dans ma campagne je décide d’écrire enfin un article après la publication du pavé ignoble d’hier , juste pour me dire que quelque part j’assure mon rôle de blogger.  Je repense avec regret à la fille de la photo , j’aurai aimé la saluer au moins mais elle est partie au milieu de ce bordel de sons , j’aurai aimé parler plus avec ce gars qui a agité le drapeau comme si on était à l’aube d’un concert de métal , ou cette fille qui de l’autre coté du drapeau avec qui j’échangeais des rires sans aucune raison ,  je regarde les photos avec nostalgie ce qui est plutôt con pour un événement qui s’est passé comme si c’était hier , c’était hier.

Malgré toutes les différences on a réussi à créer des ressemblances , des rapprochements , je suis content d’avoir réussi à devenir n’importe quoi ,  celui que je veux être , même si parfois je ressens cette envie d’être plus grand comme un poison ou une sorte de maladie de héros des temps modernes qui cherche à être anormal.

L’article se finit tandis que j’approche de Moonlight , je me couche sur le lit , porté par la torpeur et l’apaisement que me procure l’écriture d’un article.

Edit du 8 juin à 21:27 ! 

Je voulais juste faire une remarque suite à des remarques que j’ai eu récemment mais des remarques d’une personne chère (ELLE VAUT DES MILLIONS BWAHAHAHA) Elle m’a appris la notion de pansexualité qui consiste à aimer plus le caractère que le sexe en lui même , la personne , dans le fond ça se rapproche vraiment le plus de ce que je me considère et j’aimerai volontiers dire que je suis pansexuel et c’est peut être ce que je ferai à l’avenir quand le débat sera LONG CHIANT INSUPPORTABLE.

Mais j’ai envie de me couper de toutes ces catégories / sous-catégories (parler de sous catégories dénigre énormément je le sais c’est pour ça que je fais cette parenthèse 🙂 ) ainsi je pense vouloir garder mes convictions de n’être dans aucune case mais je sais que je pourrai être un peu flexible avec moi même car si ces catégories existent c’est qu’elles ont une part de vrai à la base , une définition qui s’accorde à certains être humains après tout même si chacun définisse ces catégories à leurs propres manières , véhiculent des clichés grâce à elles , déforme une réalité en fin de compte mais heureusement je sais faire la part entre CERTAIN et TOUT LE MONDE , voila 🙂 

Ah et j’écris en bleu car le bleu c’est cool , ce n’est pas un bug ok , OK ? bon bien.

Lol CHILL (chili , bon ça suffit les conneries maintenant.)

-DADA

Un article supposé être sérieux ?

Après avoir regardé une masse abusive de vidéos Dans Ton Flux sans comprendre ce qui se passait avec mes potentiels 40gr d’alcool dans le sang , je me suis dit qu’il était sérieusement temps de faire un article pour hausser le niveau de ma pseudo-popularité construit sur 40 vues composés à 50% de gens que je connais.

Je me suis alors dit , oh putain , si ça continue on ressortira ce blog à mon mariage et le curé lira des passages entiers sur mes thèses théoriques sur la puanteur tout en me balançant à la gueule un rouleau géant de papyrus.

C’était plutôt marrant d’imaginer un rouleau voler en l’air pour atterrir finalement sur ma gueule , alors j’ai cherché sur internet « Chute + papyrus »

Après être tombé sur un article proposant de mettre les personnes âgées sous surveillance vidéo pour les protéger des risques néfastes de la chute je me suis alors demandé en quoi une caméra pouvait aider dans ce genre de situation , j’ai rigolé et j’ai pensé à une putin d’idée de projet.

J’ai fouillé dans la liste des choses qui me révoltait sur terre et j’ai supposé que le prix d’une bouteille de tequila ne donnait pas le mordant nécessaire pour redonner une image exotique et exfoliante à mon blog.

J’ai ensuite fouillé dans ma tête embrumé par l’alcool et le tabagisme supposément passif pour trouver une idée et j’ai fini par considérer que le seul moyen de faire quelque chose de potable était de fouiller sur l’internet jusqu’à trouver un truc sympa.

J’ai passé 8 heures sur cookie clicker tout en alternant avec des vidéos de pub des années 80 , j’ai alors pensé à faire un article s’intitulant « je chie sur la pub nivea men » mais j’ai reconsidéré mon idée en voyant l’aspect non politiquement correct de mes phrases.

J’ai regardé la vidéo assez longtemps jusqu’à me demander qui avait pu créer ce sopalin imbibé de merde qu’on appelle dans le monde de la télévision « une publicité » puis j’ai remis en compte l’affirmation « FOOT = BEAUF » en voyant la participation du PSG à la pub.

Puis à la recherche désespérante d’une réponse j’ai cherché en ligne quelqu’un qui aurait pu me répondre sur la validité d’existence de cette étron royale.

J’ai d’abord demandé à Pierre qui en éternel emmerdeur m’a demandé de repasser demain avec un très mauvais français.

Yo pierre dis moi.PNG

J’ai donc pensé que pierre était un gros con , première réaction logique à avoir quand on ne comprend pas quelqu’un et j’ai tapé sur internet « Pierre gros con » ce qui ne m’a donné aucun résultat assez marrant à aborder , j’ai du con tapé (Ah ah ah le jeu de mot bien placé par l’abus intensif de thc ohohohoho) « je cherche un gros con » ce qui m’a fait tomber sur un site d’une femme se plaignant de son mari en l’insultant de gros con , un site ladies room pour les femmes à la page se plaignant des futurs gros cons que nous allions devenir nous les hommes , une page facebook sans intérêt et un site de rencontre avec des milliers de profils répondant à ma demande : gros con.

j’ai finalement trouvé un super site qui s’appelle jesuisungroscon.com qui consiste à un tas tout mimi de témoignages sur tous les gros cons que les gens auraient pu rencontrer dans leurs vie , j’ai fouillé le site au moins 2h tout en récoltant ce que je considérais comme les perles et les fondations d’un avenir rayonnant.

TOP GROS CON

« Puis ses yeux sont protégés par une sorte de… de présence maléfique noire. Ses yeux sont entouré d’une grotte aussi sombre que son propre anus.

Cette image poétique m’inspire en effet un flou très obscur en direction de votre avenir , bordel , rien que pour avoir utilisé cette blague ce clash mérite de figurer dans le top.

    » Description :
Salut à tous. Je kif le rap à 100% surtout Eminem et son groupe D-12 je lui resemble. J ‘aime beaucoup étre avec mes potes jouer a la console,étre sur le net comme t’chatcher et graver des CD par éxemple. Mon style de meuf est genre la meufs qui s’habille sexy et qui est O-P. Je traine beaucoup avec des noirs et des arabes. ( En général on dit que je suis quelqu’une 2 bien et non 1 vieux gouaire à 2 balles. Je recherche : Une meuf bonne genre sexy et des gars de 15-17 ans et qui aime le rap. »

Dans un futur lointain ou on écrit exemple avec un é , le style de meuf a autant d’importance que le groupe sanguin ou tes résultats au baccalauréat (DMR genre les résultats au bac ont une importance LOL LOL ok on se calme. Calmons l’hystérie.)

« Il est tellement mégalo qu’il sera avocat dans 2 ans : MMOOOUUAAAAHHHHH !!!! mais pauvre mec, il t’a fallu 5 années pour décrocher une pauvre licence et tu n’as même pas tenu un mois de cours de Master mais tu seras avocat…
Mégalo, parano, vaniteux : MERCI MERCI MERCI d’être sorti de ma vie à tout jamais.
Tu es si pathétique avec ton esthéticienne anorexique qui ressemble à un travelo à parader dans la ville.

PS : tu as effectivement une TOUTE PETITE BITE. « 

Note à moi même : Insulter l’organe génital masculin est toujours considéré comme une insulte très choquante par la populace.

« Depuis quasiment deux ans que je le fréquente, il n’a de cesse de draguer tout ce qui bouge : mes amies, sa belle-soeur, n’importe qui sur Internet,…
Pas besoin que la fille soit canon, c’est juste pour le sport (histoire de voir s’il peut coucher avec…ou pas).
Donc, deux ans que je l’entends et vois complimenter/flirter/tripoter tout être féminin entrant dans son champ de vision.
Pendant que moi, je me crève au boulot pour l’entretenir.
Mais rien n’est perdu, il m’a offert une brosse à dents pour Noel. »

Je me demande si tout être féminin comporte la notion de toute choses au féminin c’est à dire une poubelle , une laisse de chien , une brasserie grivoise (ce qui est putin d’hilarant à imaginer)

P.S :  Trouver une autre idée de cadeaux pour Noel prochain.

« Hier il croyait même que noël changeait tout les ans ! Et que minecraft etait la realite et que la vie etait carrer! »

Je me rends compte que Noel abrite apparemment un tas abusif de cons et je considère l’idée d’aller fêter le prochain Noel dans une montagne au tibet avec une vache que je prénommerai Marguerite Jetpack.

Je commence à me demander si faire un article composé de commentaires sur des gros cons est considéré comme un article potable pour la communauté des bloggers , probablement non surtout si je fais une faute à blogueur.

Suite à mon partiel de portugais dans 4 heures exactement j’envoie à une amie « Les langues le samedi , le fun est permis !  » D’un point de vue freudien ma phrase est très bizarre , j’espère qu’elle ne va pas le remarquer et je

Merde.

Je regarde le canapé de mon pote que j’ai squatté pour l’occasion et l’avalanche de feuilles qui m’entoure comme pour me rappeler que je dois bosser de toute urgence , je découvre également un post it avec écrit dessus en gros « David bordel de merde bosse. » Je me dis que mon moi du passé à échoué sa quête comme une pauvre loque et je l’accuse tandis que je retourne sur cookie clicker.

Cookie clicker.PNG

Je suis plutôt fier de mon état capitaliste qui se base sur l’exploitation de personnes âgées qui n’ont pas encore la retraite , d’engrais chimique assez toxique pour faire pousser des cookies rapidement , d’usines dangereuses pour l’environnement et de banques pour faire en sorte que l’argent que je gagne soit transformé en cookies que je fais payer encore plus cher au peuple.

Par la suite mon état a décide d’adopter la politique des temples hindous , des tours de sorciers et des voyages dans l’espace , dans l’inter-espace et dans le temps notamment à travers des putins de portails , fuck yeah ,  c’est plutôt coolos comme moyen contre le chômage , ah bah alors les gars ! pensez y :’)

J’ai donc voulu écrire à François hollande pour lui parler de mon super plan d’attaque , j’ai crée un compte twitter , j’ai décidé que pour avoir plus de chances pour parler au président il me fallait un profil en béton pour qu’il me prenne pour un gars sympa et se dire « oh lisons ce post , ce gars a l’air fraysh les gars !  » bien sur , c’était une idée à la con.

Mais ne connaissant rien au président j’ai alors basé mes recherches sur google image et sur la page wikipédia , sans trop comprendre comment ni pourquoi je suis tombé sur ça :

Je me demande pourquoi Hitler imite Jim carrey est surtout pourquoi il fait autant la tronche , j’imagine Hitler en train de sourire et je me pose la question à quel point se déforme sa moustache lorsqu’il sourit , ou du moins la tronche qu’il tire lorsque rempli de joie il se réveille le matin en se disant « AH JE SUIS UN ENCULE ».

J’apprécie la chanson de très mauvais gout mais je pense que ça ira pour environ toute ma vie , si je retombe sur cette merde je promets de faire un AVC.

Je repense à la chanson de l’AVC , je me dis que j’ai le choix entre continuer sur la lignée d’Hitler ou bien me tenter un petit karaoké AVC pour me donner la patate , je continue Hitler.

Je tape sur google image ,  » Hitler qui sourit « , j’ai trouvé la photo d’un bébé qui va probablement 20 années plus tard se coupait le bras violemment suite à cette photographie , je me refuse à chercher les personnes qui dans les années après Hitler se sont coupés le bras , marre de ces conneries , de quelle partie de mon cerveau sont sortis ces putins de pensées ?

Afficher l'image d'origine

Je me rappelle que j’ai un message à envoyer au président , je finis de barbouiller mon profil pour faire de moi un être intéressant à qui n’importe quel personne sensé voudrait adresser la parole.

twitter love.PNG

Je prends un lampadaire comme photo de profil en espérant que la thématique de la lumière et du chemin de vie frappe immédiatement le front dégarni du président , mais aussi car ma tête de hippie n’a évidemment pas les qualités requises pour lancer un débat , réfléchi ou même avoir un avenir.

Tandis que j’envoie à tous mes contacts des excuses à 7h du mat’ pour avoir cassé les couilles toute la soirée avec des messages mythiques comme : « Jvoudrais trop remercier ta présence dans la vie tu déchires !!  » à 2h du mat’ suivi d’autres perles comme « Bah ben laden c’est le deuxième nom de famille le plus répandu en france » ou encore ma préférée :  » oh putin de oh putiiiiiiiiiiiiin elle est chauffée merde , elle est chauffée !! « 

Je me bénis pour avoir décidé de supprimer le numéro de mon ex ce qui aurait fini en attentat kamikaze et je finis d’envoyer mon message à mon nouveau futur poto président.

C CLAIRE.PNG

Alors que je me prépare à attendre une réponse qui n’arrivera probablement jamais , je relis mon article , je me rends compte que par « sérieusement faire un article » j’ai fini par « sérieusement faire un article en pompant le concept d’un autre artiste » et en plus , oui c’est de la merde.

Je me prépare avec un bouclier anti-insultes tout en sachant que je finirai probablement en PLS d’ici la fin de la soirée après avoir lu les commentaires.

Je me rends compte que personne n’est jamais venu sur ce site à part mes proches et que du coup je pourrai conserver mon intégrité sociale encore très longtemps si je ne l’ai pas déja perdu , mais pas mon honneur.

Je colle un post-it sur mon cours de portugais pour me rappeler d’insulter encore plus la pub nivea à l’avenir à coté de celui disant « faire un tuto make up  » et « interview de mon cul ».

Je regarde mes e-mails , je me demande ce qui m’a pris de croire un seul instant que j’allais trouver dans ma boite mail quelque chose de génial , je retrouve sur mon bureau un dossier de mêmes tout en me demandant quand est ce que j’ai pu faire cette merde ????

1456797273404.jpg

Je continue de répondre aux gens qui n’ont pas compris mes messages soit 75% des personnes dans ma liste de contacts , je prends une photo de chat superbe pour illustrer mon article sans essayer de chercher une raison , ce chat est juste sublime , point.

Je me retiens d’écrire chaton sur l’internet , je regarde mon historique , ok bon.

Il est 8h moins 10 , j’ai encore perdu un temps ahurissant sur internet , la moitié de mon cours est répandu sur le sol et sous le canapé , je me dis que j’ai 1h pour dormir et ne pas penser à mon futur échec , je laisse à mon moi du futur un post-it que je colle sur mon front  « I’m sick of this shit , i’m out « 

Je m’endors comme une loque sur le canapé , je n’ai aucun regret.

-DODO