Une plumée faite de flammes.

Si la vie était un paquet de cartes , la dame de cœur aurait toujours l’honneur. Mais cet honneur serait une horreur , la joie d’être le premier à se sentir aussi dégueulasse qu’une pizza aux anchois par exemple.  J’aspire à être , au cours de mes journées , l’oiseau de cœur. Je ne le suis surement pas , ou peut être bien que je le suis sans même m’en rendre compte. On n’y peut rien c’est écrit , dans ces paquets de carte, la dame de cœur ne semble pas être toute puissante après tout. Elle est la , distante , hantée par les autres plus que par elle même. Elle se perd en songes qu’elle réduit à néant en agissant, elle veut regagner son pouvoir déchu. Un pouvoir qu’elle n’a jamais eue , ou peut être bien un pouvoir qu’elle a déjà eue sans même s’en rendre compte.  Je ne sais pas qui tu es dame de cœur , mais pour moi tu incarnes l’amour. Car oui je vis encore dans ce monde de clichés et d’icônes , et pour moi un cœur représentera toujours l’acte d’aimer. Si je glisse le mot cœur dans une prose c’est pour avouer au monde que de bonheur j’explose. Parfois c’est aussi pour dire que c’est insupportable de se sentir aussi morose.

Alors oui dame de cœur , à vous l’honneur , d’être maîtresse de mon malheur. Dame de cœur , à vous l’extase , d’être victime de cette phase , de ces tourments. Et tout me ment si bien que je ne sais plus , si cet autre tu devrais l’aimer ? Si cet autre là tu devrais l’oublier mais jamais l’effacer ? Dame de cœur pourquoi tu existes putin.

D’un coté sans toi tout serait fou , un monde sans cœur et sans dame , ça serait très vite un monde-terreur, imagine donc , un portfolio de larmes , soyons franc. Voudriez vous vivre dans un monde ou l’amour n’existe plus ? Peu importe la douleur si ce monde n’était pas consacré à ce sentiment nous ne serions plus des hommes. Car oui ça y est , le voyez vous , nous sommes dédiés à l’amour si profondément que s’en détacher semble impossible. C’est si vaste et inévitable que ça en devient magnifique par son coté universel. L’avenir nous réserve une traduction du langage des émotions. Les langues , une langue , tout ca c’est bien beau ça peut former des mots. Mais la dame de coeur elle n’a pas besoin de parler , c’est une carte après tout, vous vous en souvenez ? Si elle le veut la dame de cœur , elle te regarde dans les yeux , et avec une passion dévorante te fait cracher de tes boyaux toute vérité sur toi. La dame de cœur est surement une agent du KGB , elle est plus efficace qu’un sérum de vérité. Elle est terrifiante en fait.

Je dois me débarrasser de la dame de cœur.  Son double tranchant , j’ai peur qu’il me décapite. Je ne veux pas que mon crâne explose, tout cela car elle est près de moi , jour après jour. Quand je la vois , je crois lire sur son regard une menace. Elle m’invite à en finir , la dame de cœur est devenu tout ce que je n’aime pas chez le cœur. Son trait si fin et son rouge si flash devient les contours réaliste d’un vrai cœur. Quand l’amour se met à être trop réaliste rien ne va plus. Quand la dame de cœur devient reine de l’organe cœur , c’est la fin.

Alors je la déchire cette carte , j’en trouverai une autre de dame de cœur , je n’ai pas besoin d’une reine qui foute en l’air mes nuitées. Je n’arrive déjà plus à quitter la chambre sous son influence , ma couette est un tas de goudron qui m’a englué , ça fait quelques journées que je suis enfermé.

Reine de l’organe cœur cesse donc l’horreur , je ne veux pas te brûler , ne me force pas à m’incendier pour pouvoir m’échapper. Quel est le combat que tu mènes ? Je ne suis qu’un oiseau de cœur déchu ne te souviens tu pas ? Alors pourquoi tu fais ça dame incompréhensible et si mystique. Tu touches tout le monde de ta grâce mais si seulement tu te contentais de faire cela. Tu tues des gens , tu blesses des personnes , tu écrases du réel des personnes au hasard. Cesse de prétendre que c’est la route à suivre pour y arriver , tu te prends pour qui au juste ? Une maître de jeu nervosé ? Donne moi ton cœur si simplet et si laid. Donne moi cette chose sans les ventricules et le sang autour , je ne veux pas arracher cette chose vivante. Je veux du non concret , je veux du nul en apparence. Du tiède , du meh , du bof mais qui pour moi prend tout son sens auprès de mon âme la nuit. Dame de cœur cesse donc ton char , je serais prêt à tout pour ça tu le sais.

Tu me fais mal j’étouffe sous le goudron qui recouvre ma chambre , je n’ai pas besoin de toi. J’irai voler ailleurs , d’autres mers contiennent surement de multiples dames de coeur. Elles sont surement toutes aussi dangereuses que toi mais elles ne me connaissent pas. Elles apprendront à me juger, à me virer de leurs cercles socials , à hurler de rire ou à pleurer en ma compagnie. Oui , ça suffit.

Je prend mon envol , je crame tout , le goudron s’enflamme de la simple étincelle que j’ai produit de mes mots , je brûle mais me voila libéré de ton courroux. Mes plumes calcinées vont rejoindre ton cimetière et pour chacune d’une tu auras le temps de te reconstruire. Reconstruis toi tandis que tu plantes la mort dans ton jardin du deuil. Je m’en vais dans cette plumée faite de flammes , vers des cieux qui s’élargisse en mon nom. Si l’amour peut arracher mon être tout comme ma tête , elle a et aura toujours cette aspect qui m’attendrit, celui de voir en son prochain la beauté de l’inconnu. Connaitre quelqu’un c’est parfois beaucoup plus excitant que de reconnaître. A bientôt dame de cœur , excuse moi ma cruauté , je ne suis qu’un monstre qui cherche son profit. Le profit d’être heureux et aimé. Me voila comme Icare , je suis tombé bien bas et me revoilà. Empli de joie à l’idée de repartir dans les airs.

Mais je t’aime malgré tout Dame de cœur , tout comme j’ai aimé le plus sauvage des lions. Je ne suis plus désormais un colibri , je ne suis qu’un oiseau de cœur qui a perdu en échelon. Aux yeux de l’univers et face aux miens , dans le reflet d’une flaque laissée par la pluie , je ne me vois plus comme colibri , car sur mon visage je ne peux lire que la poussière et les cendres. J’ai souffert et je souffre encore de la brûlure que ce combat m’a laissé. Désormais je ne mérite que le titre de piaf , j’espère rester beaucoup plus que cela à vos yeux cependant , vous tous.

Vous tous.

-DZAF