Aimer se perdre.

Aujourd’hui on vit dans ce monde rempli d’objectifs , de cette notion de destinée qui nous colle à la peau au moment même ou le médecin énumère notre sexe , notre taille , notre poids , bonjour petit être déjà défini comme quelque chose qui servira un beau jour je l’espère.

Tout comme la notion d’utilité et d’inutilité on est sur cette terre pour une raison après tout si un objet est conçu c’est bien pour servir à quelque chose tout ou tard non ? Donc logiquement c’est le même principe pour ces mioches qu’on expulsent régulièrement dans une mare de cri , de sang et de je ne sais quoi (j’ai vu des accouchements sur youtube pour faire ce putin d’article alors je refuse de m’attarder sur ce putin de sujet.)

Si on a cette notion d’objectif qui gravite autour de notre tête c’est tout simplement car l’inconnu nous fait peur , c’est bien plus facile de prévoir et de se rendre compte qu’on a échoué malgré le plan plutôt que de foncer tête baissé vers une direction aléatoire , on blâmera plus l’inconscient tandis qu’on dira du prévoyant qu’il n’a pas eu de chances.

Pourtant refuser de suivre un plan précis ou bien ne pas posséder un objectif d’avenir ne représente pas un échec total , du moins à court terme.

La preuve est que à 14 ans on me promettait un avenir terrifiant si je me trompais en choisissant le lycée au lieu d’un bac pro ou tout autre pour les années à venir , aujourd’hui je repense à ces années à suer à grosses gouttes devant une feuille de papier censé diriger mon avenir , chose qu’elle n’a au final jamais fait.

Le hasard tout comme le fait de ne pas suivre un plan est avant tout une ouverture à trouver ce plan , car on peut difficilement trouver sa voie en réfléchissant intensément , le hasard a cette tendance à être vu négativement par trop de personnes , mais merde à la fin laissez l’imprévu entrer dans votre vie et peut être que vous comprendrez que la magie de ces choses qu’on n’attendait pas surplombe largement les petits ou gros accidents.

Parfois je suis convaincu que les sans-abris ou du moins certains détiennent des clés que nous devrions tous posséder , peut être que mon image cliché et poétique du clochard avec un baluchon qui rêve la nuit en s’endormant face aux étoiles fera hurler de rire 90% de mes lecteurs certes.

Mais ce que je veux dire par la c’est que aujourd’hui on se refuse le hasard par peur de difficultés financières , peur des autres en général , peur de ne plus pouvoir revenir en arrière , peur de la mort même… La peur nous gave , elle fuit de tout les sens et s’infiltre qu’on le veuille ou non tant qu’on reste dans l’ignorance.

J’aime parfois me perdre dans la ville , la nuit marcher et chantonner des airs de gamins ou de jazz que j’ai attrapé dans la journée , redécouvrir un coin de rue ou découvrir un quartier qui est soi disant « à problèmes ».

Je me détache des « on m’a dit » , j’oublie les violences , les vols possibles , j’oublie que le monde peut être dangereux et je me prépare en me disant que si je me faisais voler , attaquer , harceler , découper , violer et peu importe ce qui suit dans cette longue liste je devrais tout simplement me relever , affronter , patienter , pleurer ? , écouter , avancer…

Et après avoir fini cette expédition je ressortirai avec ce petit baluchon de pensées et de moments incertain mais joyeux que j’ai eu en me plongeant dans le hasard , je rêve un beau jour de prendre un train menant à je ne sais ou, d’entrer dans une gare et de dire au mec à l’accueil « donnez moi un billet pour le prochain train qui va partir »  , de marcher des jours et des jours en suivant le panneau « autres directions » , d’entrer dans une voiture en lui disant que je vais ou elle va , ou même encore de dériver sur un bateau jusqu’à trouver un beau jour une île ou un semblant de terre.

Bien sur suivre la philosophie du hasard ne veut pas forcément dire être un pur inconscient , alors cessons de nous donner des excuses pour ne pas suivre les chemins qu’on n’a jamais envisagé visiter , on a tout le temps du monde qu’on le veuille ou non un jour ou l’autre , il faut savoir différencier fatigue et envie , se préparer pour une expédition n’est pas si compliqué que ça.

Le hasard est gratuit et ne nécessite pas de débourser 900 euro dans un billet d’avion pour Santiago , le hasard est partout , que ce soit à travers une fenêtre ou une porte ouverte menant on ne sait ou , un grand bâtiment silencieux ou une ruelle sombre dans une rue marchande.

Il y a donc ce hasard de l’instant , et si maintenant vous éteigniez votre ordi pour vous perdre dehors ? qu’il pleuve , qu’il vente , qu’il fasse beau ou merde qu’importe , rien n’est un obstacle à ce que vous allez découvrir en mettant les pieds dans des endroits inexplorés , que l’expérience soit mauvaise ou non elle reste une expérience.

Pour le hasard porté sur l’avenir , avoir un boulot ? une famille ? Disons que c’est encore une réponse que j’essaye de trouver , à quoi bon avoir un objectif si une fois qu’on l’a atteint on se rend compte qu’on s’est fermé beaucoup trop de portes pour l’atteindre ? Je n’ai pas non plus envie de tout faire pour atteindre un point que peut être je n’attendrai pas à la fin de ma vie….

Et pourtant je sais que tout est une question d’équilibre , alors oui j’essaierai de trouver un projet d’avenir ou une quelconque stabilité sur les routes de l’insoupçonné , car aujourd’hui encore l’argent a cette tendance à exercer une influence sur nous qu’on peut parfois balayer selon nos forces…

Mais bon , si je n’ai pas les réponses au grand trou noir porté en direction du futur c’est qu’il se trouve autre part que dans cette dimension non ? donc je pense que vous avez compris ou tout cela me mène et ou cela vous mènera à l’avenir 🙂

-DAT